Sudameris Jazz
Collectif Sudameris Jazz "Djazz-Oratorio" "la y ka" "Quand le classique rencontre le Jazz" "Pianofonies"
PRESSE
nice matin     la marseillaise     le cri du port     la provence     zibeline

ciné concert.../...Conçue dans un format quatre tiers, avec les intertitres des films muets, cette production Ville de La Ciotat était accompagnée en musique par le pianiste et facteur de piano marsellais Robert Rossignol. Grand prix du festival international de musiques de films Casque d'or en 1998, l'artiste s'est produit en ciné-concerts à de multiples occasions prestigieuses dont récemment au festival du court-métrage de la Criée à Marseille. Influencé par le cinéma burlesque, les oeuvres classiques ou des musiqes cultes de longs métrages, il a superbement accompagné et souligné les images. "Tout est au feeling" déclarait le pianiste. Le public a beaucoup aprécié.../... Isabelle Masson, journal La Provence, suite au ciné concert du 21 septembre 2016 à La Ciotat

French Touch's, Sudameris et Robert Rossignol dans Les Chroniques de Benito Pelegrín ! 14/02/2015
Benito Pelegrin../.. Le Trio nous revient donc avec son dernier opus French Touch's, enregistré en public les 8 et 7 juillet à Marseille, dans la vivacité du spectacle vivant, qu'on préférera à "live" puisqu'il s'agit de musique française, enfin presque. De Rameau à Ravel, du XVIIIe siècle baroque au XXe, ce CD embrasse un bel éventail de musiciens français, de Marc-Antoine Charpentier (son fameux Te deum), Couperin et Rameau du Siècle des lumières, à Offenbach, Saint-Saëns, Fauré, Ravel, Satie, Poulenc, mais aussi Gainsbourg avec des incartades et incursions européennes chez Richard Wagner, Jean Sibélius (le presque), mais touchés de cette touche française.
Mais ne croyons pas, que, ce panel d’illustres musiciens nommé, ces facétieux interprètes fantasques nous disent qui est qui et qui est où au fil des morceaux. Ils nous invitent à un jeu de piste où le mélomane averti se plaît à démêler, sous des improvisations, des paysages musicaux parfois lointains, la soudain terre et terrain connus du thème traité, à l'identifier. Ainsi, on peut apprécier comment, des vagues préalables du jazz surgit le motif bien connu du bercement de la barcarolle des Contes d’Hoffmann d’Offenbach...Lire la suite sur benitopelegrin-chroniques.blogspot.fr

LA Y KA sur Hapres'Mag, n°6 été 2014
harpe's mag

la y ka celte mandingueLà Y kà, jazz mandinguo celte au Rouge !
Symbiose Celte et Mandingue

../..La musique est une sorte de flux lancinant dans des tonalités très modales, les effets sur les cordes pincées des harpes apportent des tensions parfois très enivrantes, marquées par l’Afrique mais aussi L’Europe, et ces couleurs sonores captent le public. L’ensemble, notamment avec le piano, est dans un équilibre d’une grande harmonie, portée par des rythmes sourds, comme des implosions../..
DAN WARZY
Zibeline n° 61 14 février 2013 Zibeline l'actualité culturelle en PACA et au delà

Gymnopédies au Rouge
Zibeline actualités culturellesNouvel événement chez Corine Barbereau à la Belle de Mai pour une soirées "Henri voit Rouge" avec le Trio Sudameris. On connaît Robert Rossignol comme facteur de piano mais aussi comme un pianiste débordant d'humour et d'invention. Il crée en 1990, un collectif musical à géométrie variable : Sudameris. C'est accompagné du contrebassiste Jean Christophe Gautier et de Farid Boukhalfa aux percussions, qu'il nous fait découvrir un programme musical surprenant qui convoque notre mémoire profonde. De longues phrases du répertoire de musique dite classique sont très habilement conjuguées à des séquences d'improvisations, on bascule ensuite dans un thème issu des standards du jazz, nouvelle séquence d'impro, puis c'est alors Chopin, Satie ou Beethoven qui émergent. Le premier set se termine par une réinterprétation très réussie de Ces petits riens de Serge Gainsbourg par la jeune et charmante chanteuse Emmanuelle Rizzuto.
Le second set voit le trio s'augmenter du souffleur Lamine Diagne aux saxophone et doudouk arménien. Une couleur plus modale s'affirme : My favourite things de Coltrane passe par là. Une suite symphonique, un concerto ou une élégie, le jazz est omniprésent, même si une basse continue nous fait penser Bolero, une mélodie à Wagner. Un concert en forme de mises en bouches apéritives, que l'on déguste en reconnaissant des milliers de saveurs.
D.W. Zibeline n° 57 novembre 2012 Zibeline l'actualité culturelle en PACA et au delà

Concert
Les cordes en folie à l'Asphalte
Il est des musiques qui se refusent à entrer dans une case. Trop grandes, trop ambitieuses pour cela : rien à faire, ça ne rentre pas. Là Y Kà fait partie de celles-là. Africaine jusqu'au bout des cordes, elle est maghrébine quand le coeur lui en dit. Elle est un peu celte aussi sur les bords et puis parfois, se réfugie dans une bulle de jazz. Pour la servir des personnages incontournables de la scène World marseillaise. La harpe celtique de Katell l'acrobate, la kora (harpe africaine) d'Abdoulai Kouyaté, les percussions rigoureuses de Dimitri Reverchon puis le piano et la flûte de Robert Rossignol. Le tout sonne dans un mélange de couleurs, nouveau. C'était à L'Asphalte mardi dernier../.. C'était réussi et c'est à découvrir d'urgence !
N.T. La Provence du 8 janvier 2012

Festival d'Aix en Provence Côté Cour
Djazz-Oratorio: quand les styles s’enlacent. Une balance en direct à cause de la pluie qui avait retardé les réglages. On était tout de suite… dans le bain ! Robert Rossignol, pianiste, arrangeur, Aïssa Malouk, slameur et Marylène Olivier, chanteuse gospel, lançaient quelques belles escarmouches, nous mettant l’eau à la bouche pour une nuit de partage et d’enivrement métissé. R. Rossignol au clavier, survolté ou sensible passe d’un style à l’autre avec la même aisance. Il énonce un thème qu’on se plaît à reconnaître (Fauré, Debussy, Chopin, Delibes…) puis break soudain et c’est parti pour une folie jazz, gospel; Dimitri Reverchon, batteur, Farid Boukhalfa, percussions, Jean-Christophe Gauthier, contrebasse, Lamine Diagne, doudouk, saxophones se lancent dans la danse avec enthousiasme et assurent de beaux solos. A. Malouk, slame, chante, danse, voix souple en duo, présente dans des textes percussifs, « ta bascule est à toi », dans ma chair l’impact, intact », très swinguée dans les parties jazz et gospel: une bête de scène au charme irrésistible! Marylène Olivier chante et dirige son ensemble Gospel de 30 chanteurs; elle prend l’espace de manière étonnante, distillant sa très belle voix, couleurs sombres aux graves expressifs et mordantes dans l’aigu: une pile électrique qui semble être née dans l’essence même du son et du rythme. L’ensemble vocal est certes amateur, mais l’investissement, le regard vers le chef, le désir de coller aux styles, forcent le respect. Une vraie féérie soul, gospel, jazz où les clins d’œil classiques semblaient jouir et se réjouir de cette jubilatoire proximité. Notes et mots continuent leur chemin, bras dessus, bras dessous pour le plus grand plaisir de spectateurs ravis et toujours plus nombreux. Yves Bergé – Zibeline Juillet 2011

Festival Côté Cour : un oratorio jazz
Le Festival Côté Cour a proposé une création originale. "Djazz oratorio" au Cloître des Oblats. Robert Rossignol et sa formation jazz Sudameris ; le slamer Aïssa Malouk ; et le groupe vocal soul gospel de Marylène Olivier ont fait passer au public un agréable moment. Les musiciens ont accompagné les chanteurs et le choeur avec enthousiasme et joie de vivre. Le slam a claqué avec des textes percutants, profonds. A. Malouk a interprété d'une façon personnelle cette nouvelle poésie. Le choeur a mis en valeur la voix puissante de la soliste M. Olivier. De beaux duos ont été interprétés par M. Olivier et A. Malouk. Mariage de la musique et des paroles, des notes et des mots. Malgré l'air vif du soir, une jolie soirée dynamique, énergique, rythmée. AV La Marseillaise 26 juillet 2011

Texte écrit spontanément et transmis par Paola Leone suite au concert du Festival Côté Cour à Aix
A gauche un olivier, à droite un magnolia sans fleurs. Dans le cloître les volets violets , tout autour, sont ouverts.
Le sol est légèrement mouillé , normal, il a pas mal plus aujourd'hui.
Le bruit des pas sur le gravier, se mélange au son du doudouk.
ça bouge, ça tourne autour de la scène, des cheveux blancs, des cheveux blonds, s'installent devant moi.
Rémy monte et descend de gros boutons gris, il fait des grimaces.
Un monsieur haut perché sur son échelle, installe des ronds en plastique colorés surles projecteurs.
Un rouge, un bleu, un jaune.
La glycine descend doucement le long du mur en vielles pierres.
Robert est au piano, ses doigts se déchainent et on virevoltent, dans la cour des miracles.

La nuit commence à tomber, sur la scène, il n'y a plus que des instruments maintenant, batterie, percussions, contrebasse, piano, saxo.
Aucune forme humaine.
Nous attendons avec impatience, que la musique nous enivre, nous soulève.
Ils montent sur les planches un par un, petit sourire en coin, ils sont heureux !!!
Une prière et le frisson est là .
Les choristes prennent place doucement au fond, derrière les musiciens.
L ʻéclairage rouge, sur leurs vêtements blancs, nous donne l'impression d'une éruption volcanique, la lave coule, et recouvre les cratères illuminés.
Suspendus à leurs lèvres et les yeux écarquillés, la magie opère.
La musique rentre en eux !
Leurs corps se balancent, leurs mains, en rythme, tapent, ils s'amusent.
Les voix dans le cloître raisonnent, c'est beau, c'est bon !
Un petit bout de femme, aux cheveux ondulés et à la voix qui transperce nos âmes enfantines, laisse guider ses mains, pour leurs montrer la voie, le chemin.
Comme des gosses fous, nous sommes emportés, et sur nos joues glisse l'émotion.
Alléluia !!!

Festival d'Aix côté courLe concert "Jazz from Eve to Eve" en hommage à la femme comme l'a rappelé Robert Rossignol (pianiste émérite qui apportera fougue et brio aux "Sudameris Pianofolies" en première partie de ce spectacle) a été donné le 17 juillet dans l'enceinte du Cloître des Oblats. .../... Ils allument les feux de cette soirée avec des extraits de la célèbre "Marche Turque" vite mise à l'épreuve par une rupture de rythme et de tempo, glissant vers les accents populaires d'une chanson de Nougaro. Le public sait qu'en ce déferlement des accents "d'un saxo en délire, d'une batterie crépitante et d'une contrebasse langoureuse" les clins d'oeils aux grands compositeurs, Chopin, Bizet, Debussy, Ravel, sont de courte durée, la frénésie d'une musique libérée des contraintes harmoniques habitera les musiciens, et la fusion entre le musicien et son instrument sera particulièrement tangible dans le duo que Robert Rossignol crée avec son piano.
Avec la complicité de la batterie et de la contrebasse, le slameur Aïssa Malouk diffuse la lancinante poésie de ses textes .../... La soirée se conclut dans l'ovation d'un public qui a partagé les sommets d'enthousiasme et la dynamique des musiciens ; sous l'emblême "Jazz for ever" leur voie est désormais tracée
Le Courrier d'Aix. Samedi 31 juillet 2010

Maison de l'Artisanat. Concert Hymne aux métiers d'art
Un concert "pianophonies" par le quartet Sudameris de Robert Rossignol a été donné samedi à la maison de l'artisanat et des métiers d'art à Marseille (cours d'Estienne d'Orves), dans le cadre de l'exposition "l'envers du décor". Cette exposition organisée par la Chambre des Métiers se poursuit jusqu'au 21 mars. Marie-Laure Thomas La Marseillaise lundi 16 mars 2009

"L'ENVERS DU DECOR" Les artisans du spectacle exposés à la Maison de l'artisanat et des métiers d'art
Concerts "Pi@nophonies" par le Quartet Sudameris sur des pianos de Robert Rossignol.
Le Monde des Artisans Mars 2009

Sudameris enjôle une Maison saturée de mélomanes
La cérémonie de l'improbable mariage du classique et du jazz, la virtuosité de cette union est incontestable.
La Maison rose n'avait jamais reçu autant de monde [...] "J'y vais ou j'y vais pas, j'adore le classique, le jazz me laisse la Marseillaise froid" et inversement : c'est la question que s'est posée une grande partie des mélomanes qui est pourtant sortie réjouie, d'une rencontre prodigieuse entre deux styles de musique pour un solde persuasif [...] La "technique" de Sudameris est éblouissante, mais davantage par son sens musical et la compréhension totale du monde du classique. La profusion des nuances tant à la contrebasse qu'au piano et aux percussions et leur complicité, aidée en cela par les magnifiques improvisations [...]
La Marseillaise mercredi 3 décembre 2008

Sudameris-Jazz-Trio à la Maison Rose [...]Le Trio de Robert Rossignol est un groupe de jazz moderne, homogène et peu conventionnel, s'exprimant avec humour et complicité grâce à des compositions originales baignées à la fois d'impressionnisme et de rythmes aux senteurs exotiques[...]. Guy Panichi
La Provence Décembre 2008

Ca jazze au chateau [...] Le Sudameris quintet propose une relecture jazz tout à fait convaincante d'oeuvres du répertoire classique. Les trois musiciens convient à un voyage à travers la musique française. Ainsi le premier mouvement des morceaux choisis est donné dans sa version d'origine, parfois par l'"entremise d'un 78 tours, puis retravaillé en jazz. Le jeu du pianiste Robert Rossignol n'est pas sans évoquer le toucher de Camillo. Jean-Christophe Gautier à la basse et Farid Boukhalfa à la percussion s'en donnent à coeur joie. Le saxophone de Iamine Diagne connaît de superbes envolées et la batterie de Dimitri Reverchon est efficace. On ne s'ennuie jamais. Bizet, Ravel, Debussy sont ainsi passés à la moulinette du jazz, dans un spectacle qui allie qualité et humour. Décapant [...] MARYVONNE COLOMBANI
Zibeline, Septembre 2008

[...]L'Improbable Orchestra, c'est la rencontre entre trois musiciens Robert Rossignol (piano), Cruz Bernabo (contrebasse) et Dimitri Reverchon (batterie) que rien ne prédestinait à jouer ensemble et qu'un heureux hasard a réuni un soir sur une scène ouverte. Le feeling, la complicité et surtout une formidable propension à l'improvisation ont fait le reste. De cette alchimie est né un groupe qui se crée des espaces de liberté dans la sphère du jazz, là où on ne les attend pas. Loin des chemins balisés, ces vagabonds se donnent de l'air et alignent les compositions originales ainsi que quelques standards revisités, voire complètement réinventés. L'Improbable Orchestra aime se mettre en danger et lorsque ses rythmiques métissées de world music fusent, tout peut arriver[...]
La Provence, 14 Mai 2006

Robert Rossignol est l'un des talents [...] de la très riche école marseillaise de jazz.[...]un piano baigné d'expressionnisme classique, celui de Debussy ou Fauré, musique tout en climat où la main droite se fait subtile et romantique et "épicée" d'une main gauche rythmique et percussive
La Provence, Michel Castel

"Un sublime instant musical offert par un trio très jazz..."
La Provence, Daniel Diaz - 17/08/2004

Le quartet de Robert Rossignol est un groupe de jazz moderne, homogène et peu conventionnel, s'exprimant avec humour et complicité grâce à des compositions originales baignées à la fois d'impressionnisme et de rythmes aux senteurs exotiques.
le cri du port

Soler, le guitariste prodige, et son compère Robert Rossignol, pianiste non moins talentueux, de poursuivre le débat musical à grands renforts de swings...
La Marseillaise

Superbe ensemble, belles surprises...
Taktik

[...] Robert Rossignol, facteur de piano à Marseille de son état, la connaît par coeur. Comme d'autres musiciens, il a postulé un place au festival de Roquebrune, déjà réputé pour ses trois jours de rencontres conviviales en présence d'un artiste confirmé. Et même plus quand il s'agit de Christian Escoudé, archi-bon et archi-connu des mélomanes.
Nice Matin

Un quartet de jazz moderne qui possède ses compositions originales, imprégnées de rythmes exotiques et d'arrangements très personnels, remplis d'humour et de complicité. Cette formation venue de Marseille apprécie autant les petits clubs que les plus grands festivals. L'interprétation n'est jamais fixée, mais dépend toujours de l'humeur du moment. Les improvisations font aussi partie du spectacle, allant des rythmes latins jusqu'à la musique contemporaine. Ce groupe est fondé sur un mélange de cultures qui est la source de sa créativité. Tenant beaucoup à l'équilibre des sonorités de leur groupe, c'est dans une chapelle que les musiciens ont enregistré leur CD. La forte personnalité de chaque musicien est un atout pour le bon fonctionnement de l'ensemble du groupe, homogène, qui permet à chacun d'offrir une âme à la musique improvisée qu'ils sont tout à fait capables de jouer.
La Jazette

musique de film en direct au piano,à Saignon dans le Luberon

Sudameris en concert à Bauduen    Concert été 2006 à Bauduen - Journal La Provence

contacts : Robert Rossignol à l'Atelier du Piano, Marseille : 04 91 25 44 26              Rémy del Ajuto, association A2AS : 06 12 04 10 50
bon de commande du cd                                contact@sudameris-jazz.com